Accueil / News / Compétitions, évènements / Mélanie et Titouan, Champions de France en SUP Sprint 2022
Mélanie et Titouan, Champions de France en SUP Sprint 2022
Compétitions, évènements Fédérations

Mélanie et Titouan, Champions de France en SUP Sprint 2022

Mélanie Lafenêtre et Titouan Puyo se sont imposés en sprint aux championnats de France de stand up paddle race en eaux intérieures 2022.
YouTube Sup Passion Foil Magazine

Après Mélanie et Titouan, Alexis Eschenbrenner (cadets) et Vaïc Garioud (juniors) complètent le palmarès sur le 200m. On l’a écrit, il s’agit d’une première entre Rhône et Saône pour les championnats de France de stand up paddle. C’est la même chose pour les quatre champions de France 2022 des sprints qui repartent de Lyon avec une première médaille d’or autour du cou de la spécialité. Merci aux organiateurs du Paddle Sports Show SUP Race pour l’organisation.

Une belle bataille chez les dames.

Sur un plan d’eau légèrement perturbé par la navigation fluviale, un courant de face et un léger vent de travers, la cinquantaine de concurrents a toutefois pu s’exprimer après la pluie matinale. Et il n’y a finalement pas de (grosse) surprise à la lecture du palmarès.
On s’attendait à un duel entre Mélanie Lafenêtre et Iona Rivet, il n’a pas eu lieu tant la Varoise s’est rapidement détachée dans les premiers mètres de la finale à quatre. Bord à bord avec Lafenêtre dans les premiers temps, un changement de pagaie malheureux après seulement 20 secondes et la Bretonne prenait plus de 5 mètres par une Lafenêtre survoltée. Tout en contrôle, la championne d’Europe de technical race s’envolait sans jamais être inquiétée, coupant même la ligne en relâchant son effort pour savourer sa première victoire dans la catégorie. Derrière, Rivet s’arrachait par contre pour contenir la « Canarienne » Erica Revil et prendre la médaille d’argent pour un dixième de seconde. Loin de l’explication, Camille Houron terminait quatrième de la finale.

Mélanie Lafenêtre

Mélanie Lafenêtre, championne de France des sprints.

« Première fois que je fais les sprints, pas ma spécialité. Après les compétitions internationales de ces dernières semaines, j’ai décidé de me lancer. C’est une bonne discipline ! La finale a été rapide. Il y avait du courant, on a dû jouer avec. J’étais assez fatiguée à la fin mais très contente d’avoir gagné. Et surtout je suis heureuse de revenir sur les évènements français. Bravo à Iona (Rivet), qui a fait des super temps en qualifications. J’adore courir avec elle. »

Titouan Puyo meilleur temps des qualifications.

Meilleur temps des qualifications, Titouan Puyo choisissait la meilleure ligne de la finale messieurs, au plus près des berges. Les quatre finalistes réussissaient tous un gros départ et ce n’est qu’après 10 secondes que Puyo se catapultait devant avec un très gros bras. Dans un scénario identique à la finale dames, le Calédonien fonçait vers l’arrivée pour s’imposer sans contestation. Olivier Darrieumerlou, un temps lâché par le trio, revenait vite dans le final. Pas assez pour priver Ludovic Teulade de la deuxième place mais suffisant pour coiffer Clément Colmas. Vice-champion d’Europe le mois dernier au Danemark et plus récemment deuxième de l’étape anglaise de l’APP World Tour à Londres, Colmas n’était pas en réussite sur cette finale ultra rapide.

Alexis Eschenbrenner

Après la démonstration chez les messieurs, deux autres Calédoniens mettaient le feu sur le plan d’eau lyonnais en catégories espoirs. Le vivier du Sup dans le Pacifique Sud est sans réserve avec la victoire attendue en juniors de Vaïc Garioud, champion d’Europe, et celle inédite en cadets d’Alexis Eschenbrenner, nouveau produit d’exception de la ligue calédonienne de surf. Dont la présidente Joël Lebréüs, présente aux bords du Rhône pour l’occasion, peut se féliciter après avoir donné de la voix. Bravo aussi au Big Bananas Surf Club qui empoche trois titres nationaux grâce à ses sociétaires Puyo, Garioud et Eschenbrenner.

Titouan Puyo, champion de France des sprints.

« Le but du jeu était de remporter un nouveau titre national dans une autre catégorie. J’avais fait deuxième à Annecy derrière Noïc (Garioud) et la course n’avait pu se tenir l’an dernier. Je suis content. Le Rhône est un fleuve et il fallait jouer le chrono dans les qualifications pour avoir le meilleur couloir pour la finale. On a réussi à faire une belle course. Je me suis entraîné pour cette épreuve et je suis satisfait aujourd’hui. Je suis content de rajouter les sprints à mon palmarès, je vieillis et je suis donc de plus en plus lent (sourire). Mais je suis très heureux de pouvoir m’aligner aussi demain sur les 12 km. »

Dames

1. Melanie Lafenêtre (La Cigale Surf Club)
2. Iona Rivet (Stand Up Paddle 29)
3. Erica Revil (Crozon Waterman Club)
4. Camille Houron (Crozon Waterman Club)

Messieurs

1. Titouan Puyo (Big Bananas Surf Club)
2. Ludovic Teulade (Association Lacanau Paddle Race)
3. Olivier Darrieumerlou (Les Marins de la Lune)
4. Clément Colmas (ASPTT Nouméa Glisse)

Juniors

1. Vaic Garioud (Big Bananas Surf Club)
2. Nathan Denis (Pagaies Club Thonon)
3. Simon Wouters (Pagaies Club Thonon)

Cadets

1. Alexis Eschenbrenner (Big Bananas Surf Club)
2. Simon Ackermann (Océan Surf Club)
3. Louka Brard (Crozon Waterman Club)

Source : Surfing France

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sup Passion Facebook

Advertisement