Accueil / News / Compétitions, évènements / Fanny Tessier et Titouan Puyo, champion(ne)s en longue distance
Fanny Tessier et Titouan Puyo, champion(ne)s en longue distance
Compétitions, évènements Fédérations

Fanny Tessier et Titouan Puyo, champion(ne)s en longue distance

Vainqueurs en 2020 à Annecy, Fanny Tessier et Titouan Puyo ont remporté la longue distance (12km) des championnats de France ce dimanche à Lyon.
YouTube Sup Passion Foil Magazine

Titré la veille sur les sprints, Titouan Puyo fait le doublé sur la longue distance. Tenante du titre, Mélanie Lafenêtre prend la deuxième place chez les dames. A seulement 16 ans, Vaïc Garioud se fait un prénom en terminant deuxième au scratch et premier chez les juniors. Après la pluie, le beau temps ! La grisaille de la veille avait laissé place ce dimanche à un grand soleil pour illuminer le parcours déjà majestueux sur le Rhône. Les quelques 150 concurrents avaient pour mission de remonter le fleuve sur 6 km, s’enfonçant ainsi vers le coeur de la ville. Puis demi-tour pour revenir vers le musée des confluences, site des championnats de France 2022 dans la cité des Gaules.

Fanny Tessier et Titouan Puyo, champion(ne)s en longue distance

Au petit jeu de la stratégie, Fanny Tessier (34 ans) a donné la leçon à ses cadettes en optant pour la voie de gauche quand le peloton faisait ligne droite toute. A mi-parcours, l’Agenaise avait déjà 200 m d’avance et un boulevard pour foncer vers un troisième titre national dans la version « eaux intérieures » après ceux de 2019 et 2020. Sans jamais regarder derrière, Tessier coupait l’arrivée avec seulement 10 secondes d’avance sur Mélanie Lafenêtre. La Varoise, tenante du titre, aura tout donné pour revenir en se mordant les doigts sur son choix tactique, mais en gardant sourire et fair play. Déjà sur le podium des sprints la veille, Iona Rivet prend cette fois le bronze.

Fanny Tessier championne de France longue distance.

« C’est une victoire surprise. Je ne m’y attendais franchement pas. J’ai coupé l’entraînement depuis plus de deux mois. Je manquais évidemment de fond. J’ai tout joué sur la stratégie. Quand j’ai vu que tout le peloton partait sur la droite, et que je n’arrivais pas à suivre le rythme, je me suis dit : “Allez on tente rive droite !” Ça a payé car à la bouée de mi-course j’avais une belle avance. Le challenge était de conserver cette avance et de tenir jusqu’au bout. Je suis restée focus sur l’arrivée sans regarder derrière. J’avais une grosse partie émotionnelle aujourd’hui avec des pensées pour des personnes qui sont parties et ça m’a donné un supplément d’énergie. L’aspect motivation m’a beaucoup aidé, merci à Raphaël pour la préparation mentale, sans qui j’aurais certainement craqué. Ce titre me donne de l’espoir, je me dit que je peux encore faire de belles choses. »

Fanny Tessier et Titouan Puyo, champion(ne)s en longue distance

Mélanie Lafenêtre, vice-championne de France longue distance.

« On était toutes en draft, alignées sur le même côté. Et tout d’un coup, avec Iona (Rivet), on aperçoit Fanny (Tessier) de l’autre côté du fleuve qui avait choisi une autre stratégie. Elle nous a mis facilement 200m. J’ai décroché les filles au demi-tour et je suis partie dans une cours acharnée pour essayer de rattraper Fanny. Je termine moins de 100m derrière elle et je suis contente car j’ai fais un bel effort. Je n’ai pas l’habitude de courir sur ce genre de plan d’eau. Il faut bien connaître la rivière avec le courant, les tourbillons, tout ça. Malheureusement, je n’ai pas été assez stratégique. Bravo à fanny pour sa victoire et son énorme course. Je suis très heureuse de mon week-end. Mon objectif reste les championnats du monde à la fin du mois. »

Fanny Tessier et Titouan Puyo, champion(ne)s en longue distance

Le coup de bluff de Clément Colmas

Chez les messieurs, la course aura été bien plus indécise. Du gros pack de départ emmené par les favoris, seul le quatuor Puyo-Garioud-Teulade-Colmas parvenait à s’extirper. Le peloton définitivement lâché, l’explication finale commençait avec un coup de bluff de Clément Colmas, légèrement en retrait du trio de tête. Parti seul à l’aventure et de l’autre côté du fleuve, le Calédonien perdait son énergie quand Titouan Puyo, Vaïc Garioud et Ludovic Teulade usaient, eux, du draft pour avancer façon locomotive.

Malgré ses tentatives à la moitié de la redescente, Puyo ne pouvait décoller Garioud et Teulade de son sillage. Il lançait toutefois le sprint à 100m de la bouée finale pour empêcher Garioud de lui faire l’intérieur qu’il réglait sans trop de difficulté. A 31 ans, le Cagou remporte un deuxième titre en « eaux intérieures » qui s’ajoute aux 10 autres en milieu maritime. Un sacré palmarès et une belle longévité pour le capitaine de l’équipe de France, leader du Sup français et prophète en son pays du Pacifique Sud. D’où sortent chaque année de nouveaux talents, à l’image de Vaïc Garioud.

Titouan Puyo, champion de France longue distance.

« Je venais pour tenter le doublé. Le contrat est rempli. Même si c’était rude aujourd’hui avec Vaïc (Garioud) et Ludovic (Teulade). J’avais bien repéré comment remonter le fleuve à l’entraînement les jours d’avant. Je savais quoi faire et je suis content d’avoir pu tenir ma stratégie. On s’est vite détaché avec Vaïc et Ludovic. C’était intéressant. J’ai été obligé de forcer (sourire). J’ai essayé de les lâcher en milieu de descente. Comme j’ai vu que ça tenait, je ne me suis pas excité, j’ai bien allongé pour conserver de l’énergie pour la fin. Evidemment, mon petit Vaïc a voulu me faire l’intérieur (rire). Mais j’ai bien tenu pour conclure le sprint. Ce parcours à Lyon rend vraiment les courses en eaux plates intéressants. Il faut établir une vraie stratégie. C’était fun. J’étais très content de venir à Lyon. Je reviendrai, en espérant davantage de courant. »

La révélation Vaïc Garioud

Ce dimanche, le petit frère de Noïc (blessé) a poussé le maître Puyo dans ses retranchements pour terminer à un souffle après les 12 km de coups de pagaie. Vice-champion de France à seulement 16 ans, il s’immisce entre Puyo et un Ludovic Teulade en très belle forme ce week-end à Lyon puisque sur les podiums des deux courses des championnats. Organisation, parcours, hospitalité, les bons points pleuvent à l’heure du premier bilan de cette édition 2022 lyonnaise inédite.

Un grand merci à l’équipe de professionnels et de bénévoles de la Paddle Show Race. Tout le monde a apprécié et chacun repart avec un petit morceau de Lyon dans l’esprit et le coeur. Les meilleurs Supeurs français ont désormais trois semaines pour préparer les championnats de France en milieu maritime qui se tiendront les 22 et 23 octobre à Saint Raphaël (Var). Au lendemain desquels l’équipe de France s’envolera pour les Mondiaux ISA à Porto Rico (28 octobre – 6 novembre).

Fanny Tessier et Titouan Puyo, champion(ne)s en longue distance

Vaïc Garioud, vice-champion de France longue distance.

« Je n’aurais jamais pensé faire cette place. On avait parlé avec Titouan (Puyo) de la stratégie juste avant la course. je me suis mis à coté de lui. Heureusement Ludovic (Teulade) s’est intercalé entre nous, ce qui m’a permis de faire le draft, sans quoi je pense que je n’y serais pas arrivé. J’ai tenu les accélérations. A l’aller, j’imaginais le podium quand on était tous les trois. Mais franchement, je n’aurais jamais pensé faire deuxième. La première place ? J’ai essayé de faire l’intérieur mais Titouan était trop fort. Je suis ravi de mon week-end avec mes deux titres en junior (sprints et longue distance, ndlr) et cette deuxième place en Open. »

Top 10 scratch Dames

1. Fanny Tessier (Sup Riders 47) en 1h17’40
2. Melanie Lafenêtre (La Cigale Surf Club) en 1h17’47
3. Iona Rivet (Stand Up Paddle 29) en 1h17’53
4. Erica Revil (Crozon Waterman Club) en 1h18’23
5. Agathe Rodier (Association Lacanau Paddle Race) en 1h18’32
6. Camille Houron (Crozon Waterman Club) en 1h19’54
7. Hélène Staumont (Crozon Waterman Club) en 1h20’17
8. Aurélie de Capele (Surfin’ Trouville Club) en 1h21’01
9. Marie Caron (Association Cannes Jeunesse) en 1h22’52
10. Emmanuelle Marcon (Pagaies Club Thonon) en 1h25’08

Top 10 scratch Messieurs

1. Titouan Puyo (Big Bananas Surf Club) en 1h05’26
2. Vaic Garioud (Big Bananas Surf Club) en 1h05’28
3. Ludovic Teulade (Association Lacanau Paddle Race) en 1h05’29
4. Clément Colmas (ASPTT Nouméa Glisse) en 1h07’36
5. Pierre Alain Debois (US Change 53 Stand Up) en 1h08’34
6. Simon Ackermann (Océan) en 1h09’01
7. Olivier Darrieumerlou (Les Marins de la Lune) en 1h09’17
8. Arthur Avranches (Nantes Paddle) en 1h09’39
9. Mickael Fargier (Extreme Glisse Evenement) en 1h09’43
10. Bertrand Baechler (Santosha Surf Club) en 1h10’20

Source : Surfing France

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Sup Passion Facebook

Advertisement