Starboard
Compétitions Vidéos

Vidéo portrait de la championne de stand up paddle race, Olivia Piana

Découvrez la vidéo de la rideuse français Olivia Piana qui se dévoile devant la caméra et nous en dit plus sur son parcours.

Olivia, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore.
Je m’appelle Olivia Piana, j’ai 26 ans et je fais du stand up paddle race depuis 2012. Je suis passionné par l’océan, par la nature, par tous ces moments que l’on peut passer sur l’eau, peut importe l’humeur de la mer.

Quand as-tu commencé le sup ?
J’ai commencé le stand up paddle un jour dans les vagues et j’ai trouvé cela super parce que c’est plus facile d’apprendre à surfer avec un sup qu’avec un surf classique. Après je me suis rendu compte qu’aller sur l’eau plate, on avait aussi de bonnes sensations. Moi qui aime beaucoup le vent je me suis mise ensuite à faire du downwind. Ce que j’adore dans la compétition se sont tous les moments partagés sur l’eau. C’est aussi me découvrir grâce aux autres. Ce sont les énergies de chacun qui s’opposent les unes contre les autres mais pour une même cause et pas forcément pour dominer les autres. Ce sont des énergies qui avancent ensembles et forcement il y a une personne qui va gagner mais c’est par passion et avec beaucoup d’amour qu’on le fait.

Comment se passe tes entrainements ?
Mon entrainement se fait en fonction des conditions météo. Bien sur il y a beaucoup de fractionné, comme di mon coatch, soit tu es entrainée, sois tu es à la traine. Je me suis rendu compte que de m’amuser et de jouer avec l’océan me permet d’aller encore plus loin. J’aime bien faire du sup surf, du sup race, de la pirogue et du surf. En complément de mes entrainements depuis 2,3 ans, je fais aussi de la pirogue suite à une fracture du pied. J’ai adoré car c’est un sport très polyvalent et rapide. Le geste est très similaire à celui du stand up paddle.

Peux-tu nous en dire plus sur la pirogue ?
La marque Woo a construit une petite pirogue très maniable, très joueuse et je m’amuse beaucoup avec. Ce qui est génial quand tu voyage pour des compétitions, c’est toute les bons moments partagés.

Comment vies-tu tes déplacements à l’étranger ?
Etre dans un sport qui est nouveau, fait que tu dois te débrouiller et tu dois t’ouvrir aux autres. En Caroline du Nord j’ai été accueilli dans une supère famille, on a partagé de supers moments. A la Pacifique Paddle en Californie j’étais avec des amis espagnols et italiens. Au final tu déconnectes un peu de l’événement et cela te permet d’être dans le moment que tu es en train de vivre et d’être encore plus présent sur la course quand elle arrive.

Tu es végétarienne ?
Pour mon hygiène de vie, j’essaye qu’elle soit la plus saine possible. Depuis un an je suis végétarienne et j’ai dû apprendre comment m’alimenter car ce n’est pas en mangeant du riz et des pattes que je vais faire du sup race.

Que peut-on te souhaiter pour 2018 ?
Demain, j’aimerais continuer de m’amuser dans ce que je fais, voyager, participer à de supers évènements, partager de bons moments sur l’eau, continuer de me découvrir encore. Et enfin, peut être un jour ne plus être vice championne du monde et monter sur la première marche. Je vais essayer …

Réalisation : Extremotion Communication
Musique : Macroform – Up in building

Sup Addict
Redwoodpaddle

Notre page Facebook