Interview exclusive de Tikanui Smith et Matahi Drollet

Article publié le 22 décembre 2014 par rubrique Sup Addicts et 14190 visites

Les surfeurs héros du film de la Nuit de la Glisse que sont Tikanui Smith et Matahi Drollet, répondent aux questions de Sup Passion.

Merci à Tikanui Smith et Matahi Drollet d’avoir répondu à nos questions concernant le stand up paddle, lors de l’avant première de la Nuit de la Glisse au Grand Rex de Paris. Pour ceux qui ne les connaissent pas (ils ne doivent pas être nombreux), ce sont deux excellents surfeurs et watermen qui nous viennent de Tahiti. On les retrouve cette année dans Addicted to Life, le magnifique film de Thierry Donard qui relate les prouesses isolées d’athlètes passionnés au cœur de milieux naturels sauvages et menacés. Nous leur avons posé quelques questions afin de partager avec nous leurs souvenirs et leur vision du stand up paddle.

 

 

Tikanui Smith
Surfeur de Moorea en Polynésie Française, nominé au dernier Billabong XXL Award dans la catégorie grosse vague, Tikanui est reconnu dans le milieu pour son engagement et sa capacité à surfer des vagues hors catégorie.

tukanui smith stand up paddle interviw

 

Bonjour Tikanui, tu fais du stand up paddle, qu’elle est la dicipline que tu pratiques le plus ?
Bonjour à tous, en effet il m’arrive de faire du stand up paddle à Tahiti, et c’est le paddle surf que j’apprécie le plus.

Te souviens-tu de la première fois où tu es monté sur un sup ?
Avec mon frère, nous étions partis en bateau pour aller surfer des vagues sur le récif. Lui avait un stand up paddle et moi un surf. J’ai malheureusement cassé rapidement ma planche et le seul moyen de profiter des vagues parfaites ce jour-là, était de lui emprunter sa planche de stand up paddle. Cela n’a pas était facile de trouver l’équilibre au début, mais après quelques vagues, j’ai vite pris énormément de plaisir à surfer avec une plus grosse planche que la mienne et une rame.

Quel est ton meilleur et ton pire souvenir en stand up paddle ?
Mon plus beau souvenir est sur mon home spot de Morea avec des vagues parfaites et le pire souvenir ! Je me souviens d’une journée ou j’ai fait un gros wipeout alors qu’il y avait un bon deux mètres de vagues. Pas de chance, il y avait un surfeur qui remontait au large et ma planche a heurté la sienne violemment ! Heureusement ce ne fut que matériel, mais cela aurait pu mal finir.

Que penses-tu du sup vis-à-vis du surf ?
Je pense que c’est un bon complément pour la pratique du surf, surtout en race au niveau cardio, et le paddle surf pour l’équilibre. Quoi de plus agréable que de se retrouver à ramer sur l’eau, dans le lagon les jours sans vagues, c’est bon pour le corps et la tête.

Il y a-t-il de la rivalité au line up entre les rideurs en surf et en stand up paddle ?
Je pense que c’est comme partout et comme dans différentes disciplines, si vous ne respectez pas ceux qui vous entourent, cela provoque toujours des problèmes. Chez nous, il arrive que certains mecs en stand up paddle partent au large et à l’Inside, prenant toutes les vagues. Cela ne se fait pas ! A cause de ce type de comportement le stand up paddle n’a pas toujours une bonne image sur les spots, tout est une question de respect.

Merci Tikanui et on espère te voir remporté le Billabong XXL Award

 

 

Matahi Drollet

matahi-drollet-stand-up-paddle-interviw

 

Surfeur de Tahiti en Polynésie Française, dernier d’une fratrie de surfers, Matahi a suivi ses aînés en surfant dès l’âge de 14 ans la vague de Teahupoo. Deux ans plus tard, le tahitien continue son ascension pour dompter les vagues les plus vertigineuses. Il pratique le stand up paddle depuis l’âge de 5 ans

Bonjour Matahi, qu’elle est la dicipline que tu aimes le plus pratiquer ?
Bonjour tout le monde, ce que j’aime le plus c’est aller au large avec ma planche de race et surfer la houle. C’est un super exercice afin de lire correctement les vagues, et cela m’aide lorsque je dois affronter de grosses vagues. C’est vraiment en downwind que j’ai mes plus beaux souvenirs.

Tu viens de nous parler de ton plus beau souvenir en sup, quel est le pire ?
Le pire souvenir en stand up paddle c’était à Teahupoo. En sortie de vague je me suis retrouvé au fond et mon leash c’est pris autour du récif. Il a fallu réagir vite, enlever le leash et surtout plonger à plusieurs reprise dans la zone d’impact pour récupérer le sup …

Tu es déjà venu à Paris ?
Non c’est la première fois et chez vous, il fait bien plus froid que chez moi à Tahiti. Quand je pense que vous allez être 400 à ramer sur la Seine et qu’ils annoncent zéro degrés, cela me donne froid
.
Ressens-tu de la rivalité au line up entre les rideurs en surf et en stand up paddle ?
A Teahupoo, non pas trop. Bon, parfois il y a quelques rideurs qui veulent prendre toutes les vagues mais ils comprennent vite qu’il y a un minimum de respect à avoir. ?

As-tu déjà voyagé en Europe ?
Oui j’ai adoré surfer à Biarritz, la Gravière, Mundaca et j’espère avoir la chance de surfer Nazaré au Portugal

Merci Matahi et on espère te voir bientôt sur nos spots français avec un stand up paddle.

Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

Directeur artistique dans le monde du digital, je conçois et développe des sites liés à mes passions que sont le vélo avec http://le-velo-urbain.com et http://fixie-singlespeed.com, mais aussi les sports nautiques avec http://sup-passion.com. J'écris et publie presque tous les jours des articles afin d'offrir aux internautes un maximum d'informations sur ces sujets.

UA-32433957-1