Réglementation relative à l’activité du stand up paddle

Article publié le 23 juin 2016 par rubrique News et 29320 visites

Vuelta Ibiza Sup Magic Xtreme 2015, 2ème et 3ème jours

Voici la mise à jour réglementaire relative à l’activité paddle qui soumet dorénavant l’activité aux obligations d’hygiène, de sécurité et de technique du code du sport de la Fédération.

Suite à l’attribution de la délégation du stand up paddle, la Fédération Française de Surf a élaboré des règles permettant d’appréhender les conditions de pratique dans différents milieux et pour toute pratique du Sup, libre ou encadrée. La pratique du stand up paddle a pour but de se déplacer debout sur une planche, sur un plan d’eau ou sur des vagues, une pagaie constituant un moyen d’aide au déplacement et à l’optimisation des trajectoires. L’Arrêté du 2 décembre 2014 portant modification de l’arrêté du 23 novembre 1987 relatif à la sécurité des navires (division 240 du règlement annexé) modifie la définition des engins de plage, il est rappelé que les embarcations propulsées par l’énergie humaine dont la longueur de coque est inférieure à trois mètres cinquante ou qui ne satisfont pas aux conditions d’étanchéité, de stabilité et de flottabilité de l’article 245-4.03 sont considérées comme des engins de plage.

Réglementation relative à l’activité du stand up paddle

Navigation n’excédant pas 300m
Pour les planches rentrant dans la catégorie des engins de plage, la navigation est donc limitée à 300m de la côte et est obligatoirement diurne.

Navigation n’excédant pas 2 milles d’un abris
• Les Sup de plus de 3,50m, c’est à dire les 11’6 et plus, ne sont plus considérés comme des engins de plage. Ils sont donc autorisés à dépasser la bande des 300m sans aller au delà des 2 milles d’un abri, la navigation est obligatoirement diurne.
• Attention, les Sup gonflables de plus de 3,50m seront autorisés à dépasser les 300m à la seule condition qu’ils disposent d’une ou plusieurs réserves de flottabilité leur permettant de flotter avec la charge maximale recommandée en cas d’envahissement total du flotteur. Ces Sstand up paddle doivent répondre favorablement à un test de flottabilité résiduelle avec la chambre à air du plus grand volume dégonflée.
• Au delà des 300m, le matériel d’armement et de sécurité basique, adapté aux caractéristiques de l’embarcation, est obligatoire jusqu’à 2 milles d’un abri.
• Conformément à l’article 240-2.05, vous devrez vous équiper :
– une aide à la flottabilité d’une capacité minimale de 50N ou une combinaison ou un équipement de protection conforme aux dispositions de l’article 240-2.13, s’il/si elle est porté(e) en permanence (combinaison humide en néoprène ou sèche assurant au minimum une protection du torse et de l’abdomen, une flottabilité positive et une protection thermique).
– un moyen de repérage lumineux individuel, étanche, ayant une autonomie d’au moins 6 heures, de type lampe flash, lampe torche, ou cyalume, à condition que ce dispositif soit assujetti à chaque équipement individuel de flottabilité ou porté effectivement par chaque personne à bord.
– le leash, constituant un moyen de rester au contact du flotteur, est obligatoire.
• Cas particulier :
Les engins de plage peuvent naviguer au delà des 300m et jusqu’à 2 milles, dans le cadre d’activités organisées par un organisme d’état ou par une structure membre d’une fédération sportive agréée par le ministre chargé des sports si les conditions suivantes sont respectées :
– Présence sur zone d’un encadrement qualifié au sens du code du sport permettant d’effectuer une intervention immédiate pour mettre en sécurité les pratiquants.
– Port effectif pour chaque pratiquant d’un équipement individuel de flottabilité conforme à l’article 240-2.12 ou une combinaison de protection conforme à l’article 240-2.13.

Charger de grosses vagues en sup c'est possible !

Vagues (mer et océan)

La planche de stand up paddle étant plus volumineuse et plus lourde, il est fortement rappelé que chaque surfeur devra être, à tout moment, maître de sa planche et de sa pagaie. Les règles générales de priorité et de convivialité du surf s’appliquent à la pratique du stand up paddle dans les vagues. Le surfeur est relié par un leash à la planche.
En pratique libre, il est conseillé, au préalable, de maîtriser le stand up paddle en eau calme (sans vague) et d’avoir des connaissances suffisantes des vagues grâce à la pratique d’une activité surf. Chaque surfeur favorisera la pratique du Stand Up Paddle Board sur des zones les moins fréquentées.

En pratique en cadrée, le port de combinaison est obligatoire lorsque la température de l’eau est inférieure à 18° et lorsque les conditions de mer sont difficiles. Le nombre maximal d’élèves par moniteur est fixé à 4. Ce
nombre pourra être revu à la baisse par le moniteur en fonction des conditions de mer et du niveau de pratique des élèves. Préconisation, avant la première séance dans les vagues, le moniteur devra s’assurer que ses pratiquants SUP aient un niveau minimal de pratique en eau plate.

travis-grant-sup-training-camp-nouvelle-zelande-4

Eau plate milieux ouverts (mers et océans), milieux fermés sans courant (lacs et canaux)

– Le pratiquant stand up paddle est relié par un leash à la planche.
– Aucun matériel d’armement et de sécurité n’est requis pour les engins de plage dans la limite des 300m.
– Pour les SUP autorisées à dépasser les 300m, le matériel d’armement et de sécurité basique, adapté aux caractéristiques de l’embarcation, est obligatoire jusqu’à 2 milles d’un abri (240-2.05) :
– une aide à la flottabilité d’une capacité minimale de 50N ou une combinaison ou un équipement de protection conforme aux dispositions de l’article 240-2.13, s’il/si elle est porté(e) en permanence (article 240-2.13 : combinaison humide en néoprène ou sèche assurant au minimum une protection du torse et de l’abdomen, une flottabilité positive et une protection thermique).
– un moyen de repérage lumineux individuel, étanche, ayant une autonomie d’au moins 6 heures, de type lampe flash, lampe torche, ou cyalume, à condition que ce dispositif soit assujetti à chaque équipement individuel de flottabilité ou porté effectivement par chaque personne à bord.

Pour une pratique en itinérance :
– il est recommandé de pratiquer avec un vent qui n’éloigne pas de la côte,
– au delà d’une distance équivalente à une durée d’1 heure (dans le respect de la zone de navigation):
– le pratiquant de stand up paddle devra informer le poste de secours ou un tiers de son parcours,
– le pratiquant de stand up paddle devra disposer d’un sac étanche comprenant un moyen de communication, une trousse de secours et un bout de remorquage.

En pratique libre, il est recommandé :
– D’utiliser un gilet d’aide à la flottabilité.
– De porter une combinaison isotherme lorsque la température de l’eau est inférieure à 18°.
– Pour une pratique en itinérance, il est recommandé de toujours pratiquer à au moins 2 pratiquants Sup.

En pratique encadrée, il est recommandé :
– Avoir un moyen d’aide à la flottabilité est obligatoire : combinaison isotherme néoprène ou gilet de flottaison.
– Le port de la combinaison est obligatoire lorsque la température de l’eau est inférieure à 18°.
– Le nombre maximal d’élèves par moniteur est fixé à 12. Ce nombre pourra être revu à la baisse par le moniteur en fonction des conditions environnementales et du niveau de pratique des élèves.

Pour une pratique en itinérance (au delà d’une distance équivalente à une durée d’1 heure) :
– Le moniteur devra informer le poste de secours ou un tiers de son parcours,
– Le moniteur devra disposer d’un sac étanche comprenant un moyen de communication, une trousse de secours, un dispositif de remorquage, un moyen de repérage lumineux conforme aux dispositions de l’article 240-2.05 (Division 240) et un avertisseur sonore pour une pratique au-delà de 300m.

Retour sur le Milau Paddle Festival 2016

En rivière (eau vive)

– Le leash est à proscrire et le gilet d’aide à la flottabilité est obligatoire.
– Le port de chaussures fermées est obligatoire.
– Le port du casque est obligatoire à partir de la classe 3 ou si les conditions le rendent nécessaire.
– Le respect des règlements particuliers de police propres à chaque zone est à observer.

En pratique libre, il est recommandé :
– D’utiliser d’une combinaison isotherme notamment lorsque la température de l’eau est inférieure à 18°.
– Pour une pratique en itinérance, il est recommandé de toujours pratiquer à au moins 2 pratiquants Sup.
– Il est recommandé d’équiper un anneau de remorquage fixé au plug de la planche.

En pratique libre, il est recommandé :
– Le port de combinaison est obligatoire lorsque la température de l’eau est inférieure à 18°.
– Le nombre maximal d’élèves par moniteur est fixé à 12. Ce nombre pourra être revu à la baisse par le moniteur en fonction des conditions environnementales et du niveau de pratique des élèves.

Préconisations :
– A partir de la classe 3, ou lorsque les conditions hydrologiques l’exigent, le moniteur devra avoir en permanence à sa disposition une corde de sécurité flottante, un système de remorquage largable et un couteau. Il devra prévoir un système d’attache de ce dispositif sur tous les supports utilisés.
– A partir de la classe 4, la pratique encadrée du paddle sera à proscrire.

Tags : , , , , , , , , , , ,

Directeur artistique dans le monde du digital, je conçois et développe des sites liés à mes passions que sont le vélo avec http://le-velo-urbain.com et http://fixie-singlespeed.com, mais aussi les sports nautiques avec http://sup-passion.com. J'écris et publie presque tous les jours des articles afin d'offrir aux internautes un maximum d'informations sur ces sujets.

UA-32433957-1