Eurosup, la France vise l’or à domicilie en paddle

Article publié le 13 juin 2016 par rubrique News et 4280 visites

Eurosup, la France vise l'or à domicilie en paddle

L’équipe de France de stand up paddle et ses six athlètes s’attaquent à la première édition de l’EuroSup 2016, les premiers championnats d’Europe de paddle des nations du 18 au 24 juin à Lacanau.

L’objectif avoué est de remporter l’or au classement par pays. Pour y arriver, les Français devront réaliser un tir groupé en Sup surf et Sup race. Pour cette première édition à domicile, l’équipe de France est annoncée comme favorite. Emmenée par son capitaine Antoine Delpero, champion du monde 2012, la sélection tricolore apparaît redoutable. Savant mélange d’athlètes expérimentés (Delpero, Angibaud, Puyo, Piana) et de jeunes talentueux (Carpentier, Arutkin), l’équipe nationale est armée pour réussir sur le plan d’eau de Lacanau.

Delpero et Angibaud en favoris
En Sup Surf, Antoine Delpero est tout simplement la tête de série n.1, le grand favori au premier titre continental jamais délivré. Quatre fois finalistes des Mondiaux ISA, champion de France en titre, le Biarrot est un ton au-dessus de ses adversaires européens. Mais il n’a pas encore la médaille autour du cou et devra s’imposer sur les vagues.
Se méfier en particulier de son compatriote Ben Carpentier, lequel honorera sa première sélection en équipe de France SUP, après celle de 2014 avec les espoirs en longboard. Habitué du World Tour depuis cinq saisons malgré son jeune âge (20 ans), le Breton est un véritable guerrier dans l’eau.
La menace viendra également du Nord avec le Danois Casper Steinfath. Champion du monde de Sup Race en 2014 et actuel leader des World Series, Steinfath concourra également sur les vagues. Chez les dames, la Française Caroline Angibaud, vice-championne du monde 2014, est elle aussi grande favorite pour la couronne continentale.

Les Bleus doivent se méfier en Sup race
Si la France semble bel et bien au-dessus de la concurrence européenne en Sup surf, nos trois représentants en Sup race devront se battre âprement pour s’imposer pagaie en mains. Certes, Olivia Piana, Titouan Puyo et Arthur Arutkin sont des armes massives pour la conquête des médailles continentales. Mais l’adversité sur la Longue Distance et la course technique est bien plus large et forte qu’en surf.
A commencer, donc, par le Danois Steinfath. Sans oublier l’Italien Leo Nika, très régulier et toujours placé comme en témoigne sa 3e place à San Sebastian (étape de l’EuroTour) samedi dernier.
Chez les dames, Olivia Piana aura fort à faire. La favorite est Allemande : Sonni Hönscheid apparait intouchable au regard d’un palmarès long comme une 12’6. Attention également au duo d’Espagnoles Laura Quetglas et Susak Molinero, et à la Portugaise Angela Fernandes.

Objectif Or au classement des nations
Au regard des qualités de rameurs du trio français et, surtout, de leur sens marin aiguisé, le plan d’eau de Lacanau pourrait être un avantage certain pour le clan tricolore. En espérant qu’il soit un minimum agité, les vagues de l’Atlantique pourrait déstabiliser des Supeurs davantage habitués à naviguer au calme.
Au-delà des performances individuelles, l’équipe de France ira surtout chercher le titre par équipes sur ce premier EuroSup. Meilleure nation européenne lors des quatre éditions des championnats du monde de Sup, la France est naturellement favorite sur son plan d’eau. A nos six athlètes et au staff de l’équipe de France de concrétiser cette supériorité par une médaille d’or au classement des nations.

LES PAYS
Allemagne
Angleterre
Belgique
Danemark
Espagne
France
Irlande
Italie
Pays de Galles
Portugal
Suède

Tags : , , , , , , ,

Directeur artistique dans le monde du digital, je conçois et développe des sites liés à mes passions que sont le vélo avec http://le-velo-urbain.com et http://fixie-singlespeed.com, mais aussi les sports nautiques avec http://sup-passion.com. J'écris et publie presque tous les jours des articles afin d'offrir aux internautes un maximum d'informations sur ces sujets.

UA-32433957-1