Nootica
Accueil / L’équipe française de stand up paddle défend son titre en Sardaire
L'équipe de France est à Oristano, en Sardaigne, où se tient la 3e édition de l'EuroSup 3-9 septembre, le championnat d'Europe des nations de stand up paddle.
Compétitions

L’équipe française de stand up paddle défend son titre en Sardaire

L'équipe de France est à Oristano, en Sardaigne, où se tient la 3e édition de l'EuroSup 3-9 septembre, le championnat d'Europe des nations de stand up paddle.

Double tenante du trophée, la France est la grande favorite à sa propre succession. Après la France à Lacanau (2016) et le Portugal à Péniche (2017), voici donc l’Italie à Oristano. La station balnéaire de la côte ouest de la Sardaigne accueille la 3e édition du championnat d’Europe des nations auquel participent cette année une dizaine de pays. Au rang desquels la France est naturellement la grande favorite après ses succès précédents. Les Bleus réussiront-ils toutefois la passe de trois ?

Equipe rajeunie en race
Avec une équipe rajeunie en race, pour offrir du temps de compétition internationale aux moins expérimentés, les Bleus devront se méfier de nations comme l’Espagne, le Portugal, le Danemark et l’Italie qui jouera à domicile. Des pays où figurent certain(e)s vieux briscards, comme le quadruple champion du monde danois Casper Steinfath, également tenant du titre en Technical, la double championne d’Europe espagnole de Sup Surfing Iballa Rueno Moreno ou encore le redoutable italien Leo Nika.

Piana ultra favorite
La France a néanmoins du répondant. A commencer par sa quadruple championne d’Europe et vice-championne du monde Olivia Piana. Intraitable sur la scène continentale depuis deux ans, la Méditerranéenne jouera (presque) à domicile. Piana doit rejoindre ses partenaires ce lundi.
Champion en titre de Sup Surfing, Benoît Carpentier est lui aussi un candidat légitime à sa succession pour sa 5e sélection en équipe nationale. Son plus dangereux adversaire pourrait être son coéquipier Alexis Deniel, le champion de France 2016 est appelé en Bleu pour la première fois de sa carrière.

Angibaud de retour
Les Bleus, Caroline Angibaud connaît très bien, elle qui a participé à quatre Mondiaux, une médaille d’argent à la clef (2014), et un Euro (2016), aussi en argent. Absente l’an passé (maternité), la Vendéenne est de retour aux affaires et compte bien prendre sa revanche sur Iballa Rueno Moreno.

Trois petits nouveaux
Les deux petits nouveaux du Team France sont Martin Vitry et Tom Auber, meilleurs espoirs masculins de la saison écoulée. Ils auront la lourde tâche de succéder à Titouan Puyo et Arthur Arutkin, les deux tauliers tricolores lors des deux premières éditions de l’EuroSup.
Présente dans l’équipe pour, elle aussi, préparer l’avenir, Mélanie Lafenêtre n’est pas engagée dans la compétition mais participe pleinement à la vie du groupe en tant que partenaire d’entraînement.

Des vagues si du vent
Après deux journées d’entraînement, à Capo Mannu, au nord du site principal, les Français ont pu jauger les conditions qui les attendent. Des vagues à condition qu’il y ait du vent, ce qui n’est pas gagné car après deux jours d’une petite houle (1m), la semaine s’annonce plutôt microscopique.
Du courant, des clapots, des rochers mais aussi un plan d’eau tout plat dans la baie pour les courses. La longue distance (16 km) devrait toutefois convenir aux Français, avec un départ vent dans le dos qui peut leur permettre de creuser très vite l’écart avant de travailler ensemble jusqu’à l’arrivée. Pour la technical race, on attendra de voir les vagues… ou pas.

L’ÉQUIPE DE FRANCE
Benoît Carpentier (Sup Surfing)
Alexis Deniel (Sup Surfing)
Caroline Angibaud (Sup Surfing) DSC0184
Martin Vitry (Sup Race)
Tom Aubert (Sup Race)
Olivia Piana (Sup Race)
Mélanie Lafenêtre (partenaire d’entraînement)
Serge Lougarot (Team manager)
Vincent Verhoeven (coach)
Stéphane Sisco (média)
Bruno Truch (juge)

LES PAYS
Angleterre
Danemark
Espagne
France
Irlande
Italie
Pays de Galles
Portugal
Suède

LIVE
Les compétitions seront retransmises en direct sur le site de la Fédération Européenne de Surf : www.eurosurfing.org/live
Il n’y a pas de décalage horaire entre la France et la Sardaigne

LES SITES DE COMPÉTITION
La compétition se tiendra sur trois sites :
– Torregrande beach : site principal
– San Giovanni di Sinis : Sup Surfing et la Technical Race, spot de surf qui fonctionne avec des houles de vent généralement générées par le Mistral
– Putzu Idu : Sup Surfing et la Technical Race, une des meilleures vagues de la Sardaigne

LE PROGRAMME
3 septembre
14h00 à 18h00 : inscription des équipes
17h00 : meeting des juges
21h00 : meeting des team managers
4 septembre
9h00 : parade des nations et présentation des équipes à Ortistano/Torregrande
14h00 : début de la compétition de Sup Surfing à San Giovanni di Sinis ou à Putzu Idu
14h30 à 18h00 : vérification du matériel
5 septembre
8h00 à 18h00 : SUP Surfing
10h00 : Technical Race à San Giovanni di Sinis ou à Putzu Idu
6 septembre
8h00 à 18h00 : SUP Surfing
7 septembre
8h00 à 18h00 : SUP Surfing
Pas avant 10h00 : Longue distance de San Giovanni di Sinis à Eolo si bonnes conditions
8 septembre
8h00 à 18h00 : SUP Surfing
Pas avant 10h00 : Longue distance de San Giovanni di Sinis à Eolo si report
18h00 : Remise des prix
9 septembre
Jour optionnel si nécessaire

Source : surfing france

Ajouter un commentaire

Clquer ici pour laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Redwoodpaddle
Nautic Sup

Facebook Likes

 

Sup Addict